Forum LGDC version Hunger Games.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Ce forum ci est fermé, mes chatons ! Retrouvez la V2 de LGDC HG ici, avec un staff au grand complet !

Partagez | 
 

 Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Lun 21 Avr - 11:33



   
Le jour où tout a basculé
★ Sentence lunaire, destin sanglant

       
       
     
   
Feat
Blood
   Horreur ▬ Désespoir
...
Petite Tigresse est sauvagement assassiné par Lune Oubliée, sous les yeux de sa sœur maladroite, Patte de Cerise. Rédigé par Blood avec l'accord de Lune.


   


  Noir. Il t’enveloppe totalement de ses immenses ailes ébène, resserrant lentement sont étreintes mortelles sur ton corps si fragile. La peur t’envahit, totalement, prenant les rênes et te transformant en pantin pleutre qui fuis désespérément devant la menace invisible. Ton cœur joue un rythme rapide et inquiétant qui résonne autour de toi, rendant ta respiration basse et ton angoisse croissante. Des secondes, des minutes, des heures, des jours, ou peut-être même, des lunes s'écoulent sans que tu n'en prenne conscience, perdu dans la course démoniaque que tu mènes dans ce labyrinthe de néant. Puis soudain, sur ta gauche, un éclat. Tu freines tes courtes pattes et te tourne afin d'en découvrir la provenance. Sur le sol, tu entraperçois une cerise. Ce n'est qu'un de ces fruits comme les autres qui t'a donné ton nom, une frêle créature rubis qui pourtant emplis bientôt toute ta vision, comme si elle avait mystérieusement grandi ou que tu t'étais rapproché sans t'en rendre compte. Alors tu l'observes sans comprendre ce qu'elle faisait là, cette pauvre petite chose fragile, quand soudain un hurlement retentit à tes oreilles. Tu reconnais la voix de ta sœur. Ton sang se glace. La cerise explose en une multitude de larmes et d'étincelles pures qui vinrent former une flaque de tristesse à tes pattes crispée. Tu penches ta tête pour voir ton reflet, mais seule la lune y apparaît. Tu relèves ton regard pour regarder les ténèbres qui froment le ciel, et l'astre ivoire te fait face de son œil unique, une brume étrange le parcourant. Un instant, un nuage le voile entièrement, et lorsque tu peux à nouveau voir, tu te sens légèrement plus grande, et un ombre fond sur toi. Tu tombes et roules avec le félin bien plus imposant, ce dernier don tu n'arrives pas même à distinguer la fourrure dans l'obscurité redevenue totale. Tu te débats de tes maigres forces, ton sang giclant pelle mêle sur ton adversaire, joignant tes hurlements en une mélodie lugubre. Tu ne reconnais pas ta voix. Tu ne reconnais pas ton corps. C'est celui de Petite Tigresse. Tu sais voir la différence infime en vos taches, en vos muscles et en vos façons de vous mouvoir. Tu prends conscience que ce n'est pas toi qui contrôlais tes mouvements, que tu ne faisais que voir à travers ses yeux. Tu as peur. Des lames froides brillent et replongent sans cesse dans tes entrailles, laissant tes organes goutter à l'air frais qui vous sépare. Ta gorge, bientôt, n'arrive plus à prononcer d'autres sons qu'un gargouillis immonde que le flot de sang provoque. La douleur est omniprésente, immense, doucereuse, voire sadique. Elle t'arrache sans délicatesse la moindre fibre de vie qui reste en toi, et tu sens ton âme s'éteindre. C'est la fin. Tu as peur. Tu as mal. Tu as froid. Tu es seule. Tu...



   Réveil. Dégoulinants de sueurs, tes yeux azur essayent de passer outre les ombres pour vérifier la présence rassurante de tes deux sœurs que tu aimes plus que tout. Mais un frisson d'angoisse te fait trembler lorsque tu découvres la place de la plus intrépide de vous trois totalement vide. Sans un bruit, ton corps se faufile entre ceux qui orne la pouponnière, et tu parvins maladroitement à t'extirper de cette protection chaleureuse. Le toucher d'argent de la lune te fait frissonner, tu l'observes avec une crainte non feinte illuminer de sa rondeur parfaite le camp pour le moment vide. Seul un chat, musclé à souhait, monte la garde. Te fondant dans les ombres qui pourtant te terrifié, tu espérais que l'odeur de la fine pluie tombante couvrirait celle, musquée, de ta peur. Tu te faufilas par le tunnel secondaire, passage depuis longtemps utilisé pour quitter le camp sans se faire remarquer. Tu dérapes régulièrement sur le sol trempé, ton équilibre précaire et ta maladresse habituelle ne t'aidant guère dans ta tentative de discrétion. Mais des empreintes, sur le sol, te donnent le courage de continuer. Ce sont des marques peu profondes, signe d'un poids plume et surtout, elles sont incroyablement petites. Tu poses délicatement une de tes pattes dedans. Elle y rentre parfaitement. Suivant la piste que ta sœur avait faite dans la boue, tu es néanmoins nerveuse à l'idée de sortir du camp pour la première fois. Car seuls les apprentis ont ce privilège, chose que tu n'es pas encore, tout comme le reste de la portée dans lequel tu es née. Mais pourtant, tu continues. Tu es la moins douée des trois. Petite Jonquille est rusé, intelligente, et tu ne doutes pas qu'elle sache servir le Clan à merveille quel que soit son chemin. Petite Tigresse a en elle une énergie, une fougue sans pareille, une force qui fera sûrement d'elle une grande guerrière qui marquera les esprits de tous les Clans. Toutes deux sont promis à un destin unique et sûrement plein de gloire. Mais toi...rien que ton nom à lui seul est différent. Patte de Cerise. Patte, et non Petite. À croire que dès la naissance, tes parents avaient suent que tu serais différente, moins forte, moins parfaites que tes deux sœurs. Mais tu n'es pas jalouse. Pas trop. Tu les aimes énormément, elles sont tout pour toi, ta fierté, ta joie, tes peines, mais surtout, tes sœurs. C'est pourquoi tu fais de ton mieux. Tu as toujours fait de ton mieux, mais là tu essaies de plus en plus. Tu veux te hisser à leur niveau, montrer que toi aussi, tu n'es pas en reste. Ton cœur est encore pur et innocent, naïf, et ton regard vierge de la moindre marque écarlate. Pourtant tu te bats contre tes défauts, en finissant par t’enliser plus profondément en eux. Mais un jour, viendra ton jour, ton heure. Un jour, tu grandiras, et alors, nous verrons ce que le destin aura forgé de la fragile cerise que tu étais. Nous verrons bien.



   Tes pattes fines ont du mal avec les herbes hautes et mouillées qui recouvrent le pied ouest de la montagne. Tu ne sais pas trop où tu es, tu ne connais pas encore ton territoire. C'est ta première sortie, après tout. Mais tu suis les traces laissé par la disparue, un mauvais présentement parcourant tes veines à chaque battement, te soufflant te rebrousser chemin. Mais c'est trop tard. Un hurlement, le même que celui apparu en ton rêve, te parvint. Des forces que tu ne te croyais pas possédé te permirent de traverser les herbes avec l'énergie du désespoir, des larmes roulant sur tes joues pour venir s’écraser sur les plantes. Tu vois un liquide surgir de derrière un buisson, mis au-dessus de toi par la pente et te cachant la scène. Il éclabousse ton visage, s'imprègne de ta fourrure. Dans la panique, tu ne fait guère attention à son odeur cuivrée ni à sa chaleur étrange. Te frayant un chemin entre les branches rapprochaient de l’arbuste qui te bloquait le chemin, tu finis par découvrir ce qu'il protéger. Une chatte, dans l'ombre des nuages, organisé une danse mortelle autour de ta sœur, un éclat de folie brillant dans les pupilles dont tu n'arrivais pas à lire la couleur. Elle l'attrape, la fait tomber sur le sol, joue avec elle un jeu macabre dans lequel tu n'es pas invité. Des rivières se formant avec comme base tes yeux s'écoulent jusqu'au sol, et tu bondis sur l'ombre mouvante en un hurlement de rage, de colère, et de tristesse mêlé. Mais il lui suffit de peu pour te repousser, sans qu'elle ne daigne t'accorder le moindre regard. Tu retentes ta chance autant que tu le puisses, bondissant sur son dos pour le labourer de tes petites griffes, mais tu ne cesses de te retrouver à nouveau sur le sol. Ton pelage à présent recouvert de sang et de boue observe avec horreur l'inconnue planter profondément ses griffes dans la chair de ta sœur pour en extirper des organes sanguinolents. Tu te figes, choquée, chaque goutte se sang humide provoquant un son terrifiant en toi, rejoignant les mille mélodies de la fine pluie qui tombait en ce soir de pleine lune. Puis alors, le monstre plante ses crocs gigantesques dans la gorge de la pauvre petite chatte, réduisant ses cris à néant, sa vie en une étincelle, qui finit par se noyer sous un flot aussi sombre qu'écarlate. Tes forces te quittent, ta tête te tourne, et le monde se floute autour de toi. Tu ne vois pas même l'ombre sans aller, sa terrible besogne achevée, alors que tu te glisses vers ta sœur éventrée, pour se blottir contre elle et ses organes encore chauds. Tu pleures, sanglote, hurle au désespoir, l'horreur de la scène ayant pénétré avec force ton esprit pur. Puis ton cerveau ne tient plus le choc, il déraille, tu te mets à dire des choses sans la moindre cohérence, tu entends des pas se rapprocher. L'odeur de ton Clan est forte. Leurs inquiétudes, tenace. L’obscurité te prend, tu sombre dans l'inconscience. La cerise s'est vue brisée aux pattes de l'ombre de la lune oubliée...
   


   
To be continued ...


   © Never-Utopia

   
Revenir en haut Aller en bas
Etoile Incandescente
Je prends mes marques
Je prends mes marques
avatar

Surnom : Dans la partie présentations
Messages : 32
Date d'inscription : 02/04/2014

Votre chat
Âge du félin:
Barre de vie:
200/200  (200/200)
Hunger Games:

MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Lun 21 Avr - 12:16

//désolée de l'incruste : Lune tu vas tuer tigresse ? D: Ah nan ! *trop triste*//
(merci de supprimer ce message après avoir obtenu une réponse)

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Lune Oubliée
Dieu des Rps
Dieu des Rps
avatar

Surnom : Perdue dans un passé oublié...
Messages : 1405
Date d'inscription : 15/04/2013

Votre chat
Âge du félin: 15 lunes.
Barre de vie:
200/200  (200/200)
Hunger Games:

MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Lun 21 Avr - 16:31

Et oui, 'est la vie ... x)
Ne pleure pas ! <3

_________________

Merci ma Angy' ! <3
Merci Lum' <3:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nuage de Braise
Admin
avatar

Surnom : Mini Puce ♪
Messages : 956
Date d'inscription : 05/07/2013

Votre chat
Âge du félin: 11 lunes
Barre de vie:
175/200  (175/200)
Hunger Games:

MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Lun 21 Avr - 20:03

Pourquoi tu voulais la tuer ?
*très triste*

_________________



Spoiler:
 



Spoiler:
 



Impressionant :

Merci Ambry :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lune Oubliée
Dieu des Rps
Dieu des Rps
avatar

Surnom : Perdue dans un passé oublié...
Messages : 1405
Date d'inscription : 15/04/2013

Votre chat
Âge du félin: 15 lunes.
Barre de vie:
200/200  (200/200)
Hunger Games:

MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Lun 21 Avr - 21:05

Je ne prenais plus plaisir à la jouer ... :/

_________________

Merci ma Angy' ! <3
Merci Lum' <3:
 

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nuage de Braise
Admin
avatar

Surnom : Mini Puce ♪
Messages : 956
Date d'inscription : 05/07/2013

Votre chat
Âge du félin: 11 lunes
Barre de vie:
175/200  (175/200)
Hunger Games:

MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    Mer 14 Mai - 9:26

//Mince :/ je vis pareil avec ardent, vu que j'ai pas écrit sa prez je me sens pas alaise, si quelqu'un veut le reprendre merci de le dire sinon je sais pas comment faire ...//

_________________



Spoiler:
 



Spoiler:
 



Impressionant :

Merci Ambry :
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sentence lunaire, destin sanglant ♦ Le jour où tout a basculé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Le jour ou tout a basculé" les guests AB
» Sévy Villette [Pour etre libre]
» Christiane Jean [Claire]
» Coralie Caulier (Angèle)
» Faire le pont à l’occasion d’un jour férié permet aux salariés de profiter d’un long week-end. Cette pratique est soumise à certaines obligations légales

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC Hunger Games ::  :: Archives. :: Archives RPG.-
Sauter vers: